11 octobre 2008

Scribulations 01-08

Scribulations_le_titre_1

Présentation de la première revue littéraire issue du net, suivi d'un  interview avec son directeur de publication : Jean-Marie DUTEY 



L’équipe qui a réalisé ce premier numéro de Scribulations s’est formée au fil des années sur le Net et s’est déjà rassemblée autour de plusieurs projets littéraires dont l’un d’entre eux a vu son aboutissement sous la forme d’une édition papier : Photomaton.

Aujourd’hui nous nous interrogeons  sur le devenir de l’abondante production des ateliers d’écriture comme nous les connaissons :  textes impulsés par une proposition d'écriture ou dictés par les circonstances, individuels ou collectifs, lus, commentés, corrigés, améliorés puis… rangés au fond d’un tiroir ou d’un disque dur.

Il nous semble y avoir là un gisement important de textes injustement privés de toute perspective d’édition, non en raison de leur qualité mais à cause de leur isolement et sans doute faute d’un support qui leur soit consacré.

Scribulations veut offrir à ces textes un espace de publication qui permette à la fois de les sortir de l'ombre et de la confidentialité, d’en partager la lecture et de les réunir en volumes dont on puisse être fier.

Si Internet est une sorte de mixer à idées, c’est aussi une jungle dans laquelle des auteurs s’essayent, se cherchent, souvent se trouvent et parfois se mélangent. Mais force est de constater qu’éparpillés sur la toile nos textes composent un inextricable réseau de thèmes bondissants, se répondant en écho, tirant dans leurs sillages des écrits parfois sages mais le plus souvent échevelés, dans un désordre où les lecteurs se perdent de clics en clics. Un peu d’organisation s’imposait donc pour pouvoir les donner à lire. Cependant, comme nous aimons également le désordre créateur, Scribulations reste foisonnante en dépit des sages onglets permettant d’en baliser les rubriques.

À ces préoccupations presque terre-à-terre on peut en ajouter d’autres, essentielles, dont tous les participants aux ateliers d’écriture pourraient témoigner : se réunir pour écrire encourage, stimule, ouvre des perspectives nouvelles et permet de rencontrer ses premiers lecteurs. C’est donc bien du plaisir d’écrire, tout particulièrement avec d’autres, dont veut témoigner Scribulations.
Alors n’attendez pas que votre disque dur ou vos boîtes à chaussures débordent pour répondre à notre invitation : rejoignez les scribulateurs !

Couverture_Scribulations_01_08__version_d_finitive_

aafacsimil__page_3
***
Interview avec Jean-Marie Dutey

Comment vous est venue l'idée de Scribulations ?

Autant que je me souvienne, c'était le 17 avril 2008 sous la douche. Mais comme toutes les bonnes idées - dont on se demande pourquoi ne les a-t-on pas eu avant - celle de créer une revue où nous pourrions éditer les textes accumulés sur les différents groupes d'écriture du Net auxquel je participais, me trottait dans la tête depuis un moment, ainsi qu'à d'autres auteurs avec lesquels j'écrivais sur ces groupes.
Il faut dire qu'en plusieurs années d'écriture, nous avions accumulé plus d'un millier de textes.
Scribulations procède donc peut-être moins d'une idée que d'un constat puis d'un déclic. Disons qu'en avril dernier, la formule de cette revue s'est imposée de façon plus entêtante qu'auparavant.


Justement, pouvez-vous nous présenter la "formule" de cette revue ?

Matériellement, Scribulations se présente comme un livre. C'est un parti pris qu'avaient par exemple adopté "Univers" chez J'ai lu en format poche, ou "La revue littéraire" aux éditions Léo Scheer. L'idée était de nous éloigner d'un format "magazine" pour aller vers quelque chose de plus anthologique, conforme à notre contenu puisque Scribulations ne publie pas d'article d'actualité littéraire, ni de critique de livre, juste des textes dont la qualité nous laisse espérer qu'ils garderont leur intérêt de longues années.

En effet, j'ai la revue en main, c'est un volume épais de deux cent pages, qui revêt toutes les apparences d'un livre, à part son prix peut-être et sa maquette ?

Oui, Scribulations est vendue au prix public de 10€ ce qui ne devrait pas ruiner ceux de nos fidèles lecteurs qui achèteront les trois numéros que nous publierons par an. Quant à la maquette, toute réclamation est à m'adresser personnellement puisque je m'en suis chargé. Vous n'aimez pas ?


Si, si... Elle est, comment dire ? très "moderne", par exemple le travail sur les lettrines. (rires)

C'est vrai que je me suis un peu lâché sur les lettrines. J'avais en tête d'explorer ce que pourrait être l'équivalent contemporain des lettres ornées qu'on trouve sur les manuscrits du moyen âge, mais aussi l'idée de trouver dans le texte lui-même, dans sa lettre, les éléments graphique de sa mise en page et enfin, le souci de m'éloigner de la simple illustration, de la facilité qu'il y a à mettre une image de dune parce que le texte parle de désert, ou de cage parce qu'il parle d'oiseau. Je voulais donc plutôt augmenter la distance entre l'illustration et le texte que la réduire à la lecture de l'illustrateur, créer entre le texte et les éléments graphiques un espace le plus ouvert possible, que l'imaginaire du lecteur puisse investir librement. Mais c'est une démarche à poursuivre, dont les prochains numéros baliseront les étapes.


Si j'ai bien compris, les auteurs de ce premier numéro se connaissent tous depuis longtemps ?

Oui et non. Certains ont déjà travaillé ensemble sur des projets littéraires que nous avons menés en ligne il y a plusieurs années, d'autres nous ont rejoint récemment. Tous font parti de plusieurs groupes réunis sur Internet autour de propositions d'écriture souvent très larges, mais dans lesquelles Scribulations puisse sa matière première. 


Vous pouvez nous présenter certains de ces groupes ?

Volontiers. Le premier d'entre eux est bien-sûr le groupe "Dixit" qui propose en permanence aux auteurs dix propositions d'écriture, renouvelées quand elles s'épuisent. Pour ce numéro de Scribulations, nous avons pioché dans les rubriques " Sans verbe", "Petit plus" et "tranches de vies". Mais nous avons aussi puisé largement dans les textes écrits sur le groupe "Contes incorrects", "Préf@ces" et "Carrefour des passions". Nous espérons bien ainsi créer un "appel d'air" suffisant pour que les animateurs d'atelier d'écriture de France et de Navarre nous soumettent des textes produits dans leurs ateliers.


Vous dites "de France et de Navarre", mais si j'ai bien lu, les auteurs publiés dans Scribulations sont d'ors et déjà issus des quatre coins du monde ?

Vous avez bien lu. Les auteurs sont francophones, mais trois d'entre eux vivent au Québec, un autre en Espagne, un autre au Brésil, l'autre grosse moitié en France. C'est l'avantage d'Internet : la Terre n'est plus si vaste qu'on ne puisse y écrire ensemble en temps réel ou presque.

Que nous réservent les prochains numéros ?

Ah ben ça, si je le savais... Non, je plaisante. Le prochain numéro, qui devrait sortir en janvier, publiera la suite et la fin des "Silences de Soupir", ce magnifique texte constitué à partir des petits messages laissés plusieurs années durant par une participante au groupe "Auteurs Salle d'Écrivains" en réponse à la question que j'avais lancée : "Qu'entendez-vous dans le silence ? " Nous aurons aussi le deuxième tiers de "Existe en noir",ces délicieuses chronique de quartier. Un nouvel épisode de "Wan & Ted" nos jeunes chasseurs de prime dont nous voudrions faire un peu les héros récurrents de Scribulations. Sans oublier une nouvelle fournée de "Brèves nouvelles", ces petits textes entièrement guidés par le jeu de mot qui leur sert de moralité. Nous aurons aussi, dans le prochain numéro ou celui d'après, une avalanche d'objets, improbables ou sentimentaux, issus de la rubrique "magasin d'accessoire" du groupe Dixit, mais peut-être chinés aussi dans d'autres brocantes.

Pouvons nous conseiller à nos lecteurs de vous envoyer des textes ?

Bien sûr, avec plaisir, mais comme vous l'avez compris, l'idéal pour Scribulations est de publier des textes issus de la même séquence d'atelier, de la même consigne d'écriture, avec si possible deux mots qui présentent le groupe et les auteurs à l'origine des textes. Parce qu'en définitive, ce que voudrait promouvoir Scribulations, c'est l'écriture elle-même, en ce qu'elle est un moyen d'expression individuel qu'il est agréable d'exercer à plusieurs.
------


Le numéro 01-08 de Scribulations est disponible par commande en ligne sur le site des Editions La Madolière.


Pour plus de renseignements
Ecrire à la revue
ou
au directeur de publication 


Posté par Jimidi à 17:16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Scribulations 01-08

Nouveau commentaire